Treize sénateurs menacent de passer à l’opposition.

0
2679

Après avoir arrêté le train politique du sénateur Joseph Lambert, sur un éventuel poste de premier ministre, le président de la République semble être en position de perdre treize de ses alliés au Sénat.

À l’heure que presque dans tous les médias du pays le sénateur Joseph Lambert enchaine des témoignages concernant le refus du président de lui choisir pour être son prochain premier ministre, l’ancien président du Sénat semble être en position de montrer qu’il est à la tête de treize autres sénateurs.

Les discussions se multiplient concernant le choix du sénateur Joseph Lambert de passer à l’opposition contre le président Jovenel Moïse. Le sénateur se dit être très ferme sur sa position.

<< Le premier ministre Jean-Michel Lapin m’a appelé pour me dire que je suis le seul à pouvoir occasionner sa démission. Je n’avais pas accepté avec lui. Mais au final, je me suis dit pourquoi ne pas accepter si je peux sauver le pays dans ce qu’il traverse ?Ainsi, Jean-Michel a donné sa démission, et la veille du jour du choix de Fritz William Michel, c’était un samedi, je me suis rendu chez le président pour lui dire que je me suis porté volontier >>.

Ajouté à tout celà, le sénateur explique au président qu’il a déjà la confirmation de 85 votes à la chambre des députés, 23 votes au Sénat. De plus, il pourrait négocier facilement avec l’ancien président Jean-Bertrand Aristide sur une éventuelle stabilité politique.

Tué par la méfiance immense du président, le sénateur se dit être ferme sur sa décision.

<< Que le président cherche sa formule magique pour résoudre les crises dans le pays. Quant à moi je resterai ferme sur ma position. Car aucun paysan n’aime pas qu’on lui piétine, qu’on lui crache dans la figure >>.

6h après la désignation de Fritz William Michel comme premier ministre, le président s’est rendu chez le sénateur pour lui offrir des ministères et pour lui demander de voter pour Fritz William Michel dans la séance de ratification. Des offres qui ne faisaient pas bouger la position du sénateur.

<>. A-t-il donné au président de la république comme réponse.

Vue que le sénateur est sur la ligne de départ avec treize autres sénateurs, des doutes planent sur des effets de surprise qui pourront sortir dans la séance de mise en accusation du président de la république prévue pour ce mercredi 21 août.

ANIUS Kenson. MHP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here