La Rue Oswald Durand transformée en salle de classe par les étudiants de L’ENIP.

0
366

Les étudiants de l’Ecole Nationale des Infirmières de Port-au-prince (ENIP), ont occupé la Rue Oswald Durand, ce mardi 21 mai, pour dénoncer les mauvaises conditions de l’école et exiger un nouveau statut.

Comme dit le dicton :  » la rue est le salon du peuple et la salle de classe même le salon de l’élève.  » À un éventuel ajout de tableau et des marqueurs, la Rue Oswald Durand se transformerait en une vraie et grande salle de classe pour les étudiants de l’école nationale des infirmières de port-au-prince qui réclament de bonnes conditions de fonctionnement et exigent un nouveau statut pour l’établissement.

Mobilisés depuis des mois, les étudiants de l’ENIP continuent de faire passer leurs revendications dans l’optique de trouver des solutions rapides auprès des autorités en questions.

<< Nous avions organisé une marche le 12 mai 2019, à l’occasion de la journée mondiale des infirmières, les autorités font la sourde oreille. Aujourd’hui encore, nous nous engageons pour investir les rues. Nous voulons que l’ENIP change de statut. Nous voulons à ce que nous sommes une faculté car notre cycle est de 4 ans >>, a déclaré Marie Erica FORESTAL, une étudiante en première année.

Parallèlement, la question de statut n’est pas la seule revendication à soulever dans ce dossier. Il y a aussi le niveau des professeurs qui dispensent les cours ainsi que la qualité de la formation donnée à l’institution.

<< Cent ans n’est pas cent jours. Nous ne sommes jamais bien traités, nos professeurs ne sont pas recyclés. Ils sont les mêmes depuis des et des années. L’administration de l’école est faible, nous demandons à la directrice Mireille SYLVAIN de faire preuve de gentillesse pour rendre sa démission car L’ENIP a connu trop de mauvais jours sous sa direction >>, a expliqué Cassandre FORTILE étudiante.

En effet, les étudiants dénoncent un tas de problèmes et veulent que les autorités apportent des solutions.Tels que : les résultats catastrophiques de l’école , les conditions sanitaires dégradantes, l’absence de monitrice pour les stagiaires, la contestation de la validation du diplôme obtenu par le Ministère des Affaires Étrangères et pour terminer une loi cadre votée par le parlement, pour changer le statut de l’école en faculté.

Si pour nier le mouvement l’administration de l’ENIP ferme ses portes depuis 3 semaines, auront -t-ils des réponse à leurs multiples revendications à ses vaillants étudiants?

KENSON ANIUS
MHP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here