Haïti, terre d’accueil de mercenaires et de psychopathes habillés.

0
224

Une fois de plus la société haïtienne fait connaissance à une ènième coup de theâtre, après la fameuse histoire des sept (7) mercenaires, le feuilleton des étrangers au sein de la PNH et les soi-disant treize (13) gardes du corps de Jovenel Moise. Maintenant on ne parle que de Jacques Yves Sébastien Duroseau, un ex militaire américain faisant partie du corps de la marine qui essaie de s’échapper au contrôle des agents de l’immigration de l’aéroport international Toussaint Louverture.

Les agents de la BLTS ont appréhendé dans l’après midi du mardi 12 Novembre 2019 Jacques Yves Sébastien Duroseau, un ressortissant américain d’origine haïtienne à l’aeroport international Toussaint Louverture. Selon des informations parvenues à notre rédaction, M. Duroseau serait un ex militaire américain appartenu au corps de la marine américaine.

L’homme était arrivé en Haïti à bord du vol 949 de la American Airlines en provenance de Miami. Il avait en sa possession cinq (5) pistolets de calibre 9 mm, deux fusils d’assaut et des drones. Il tentait de tromper les vigilances des agents de l’immigration haitienne mais s’est fait quand même prendre.
Sous couvert d’anonymat, un responsable de la PNH a confié à Miami Herald que l’individu en question avait une autorisation signée pour monter l’avion.

Après le feuilleton des sept (7) mercenaires sur le gouvernement de Jean Henry Ceant libérés par des responsables de l’etat haïtien et de l’ambassade americaine, les treize (13) soi-disant gardes du corps du président de la république qui circulent tranquillement dans le pays, maintenant c’est au tour d’un ancien marine americain bien équipé qui a su obtenir l’autorisation légale pour fouler le sol haïtien.
La DCPJ a déjà auditionné le détenu mais elle continue d’enqueter pour soutirer des informations supplémentaires sur la présence de cet individu dans le pays.

Dans un contexte de crise politico-sociale très précaire ou les gangs armés continuent de faire la loi sur toute l’étendue du territoire nationale, les autorités haïtiennes sont restées passives et ne font que constater l’aggravation de la situation sécuritaire du pays.

Selon Jean Rebel Dorcenat, membre de la Commission Nationale de Désarmement, de Démentellement et de Réinsertion (CNDDR), à travers une interview donnée ce lundi 11 novembre 2019, un total de 96 groupes de gangs armés opereraient dans le pays et 500.000 armes à feu illégales seraient en circulation sur le territoire national. Le plus inquiétant, il révèle que les gangs auraient des rapports avec des membres du pouvoir en place, du secteur privé des affaires et une frange de l’opposition.

À quoi doit s’attendre la population sur ce dossier vu qu’elle a l’habitude d’assister à ce genre de théatre dans le passé?
La DCPJ va -t-elle succomber aux pressions des autorités et d’autres personnalités pour laisser filer à nouveau cet homme et enterrer le dossier?
Affaire à suivre!

Jean Herby DIEUDONNÉ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here