Des Maux, dans les Mots.

0
280

C’était beaucoup plus qu’un discours, c’était une revendication bien charpentée beaucoup plus psychique que politique. Sans pillages de magasins, sans violences, sans pneus enflammés, sans barricades de carcasses de voiture, sans « peyi lòk « ,
la Mairesse de l’Arcahaie, Rosemila Petit-Frère a tout emporté sur son passage, elle n’a épargné personne.

Qui est Rosemila Petit-Frère ?
5 ans de cela, elle était une inconnue
et aujourd’hui tout le monde parle que d’elle. Sur les réseaux sociaux, la Mairesse de l’Arcahaie a chambardé tous les esprits.

Rosemila Petit-frère Sainvil est une femme politique et militante pour l’émancipation des femmes dans la vie politique en Haïti.

Maire principale de la commune de l’Arcahaie, elle est aussi une femme d’affaire connue pour son franc-parler. Rosemila Petit-Frère a dit tout haut ce que les autres murmurent depuis quelque temps.

La Mairesse a fait mieux que quiconque, elle n’a pas fait cadeau aux dirigeants politiques qui étaient présents à l’occasion du 216e anniversaire de la création du bicolore Haïtien. Elle a dit tout ce que l’opposition voulait dénoncer pendant des années en quelques minutes.

Un climat gênant s’était établi, on pouvait le constater dans le visage du Président de la République, Jovenel Moïse, interrompu à maintes reprises tout au long de son discours par des propos venus de la foule d’Archeloise.

Le locataire du palais national, Jovenel Moïse, a passé un sale quart d’heure lors du discours musclé de la Mairesse de l’Arcahaie, il a du se résigner d’entendre ses quatre vérités sans la présence des présidents des deux branches du parlement, Gary Bodeau et Carl Murat Cantave et l’ambassadrice américaine et le Core Group, perçus comme des alliés de l’équipe au pouvoir.

« Vous avez une obligation de changement, pour apporter des solutions et non de promesse. Vous avez une obligation de résultat et non de moyens », a lancé la première citoyenne de la cité du drapeau.

Rosemila Petit-frère a apporté une autre solution à l’opposition pour se faire entendre. Une autre stratégie pour conscientiser les dirigeants politiques et gouvernementaux.

Reste à attendre vraiment si ces mots auront de l’effet ou si les concernés resteront une fois encore silencieux sur les revendications légitimes du peuple.

DELCHA CHERY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here